Avenir du Bitcoin | Sommes-nous en Pleine Révolution ?

9 juin 2021

Le bitcoin permettra-il d’échapper au contrôle et à la faillite des États ?

L’annonce fracassante d’achat de 1,5 milliards de bitcoins par Testla a encore fait s’envoler cette cryptomonnaie qui atteint déjà des sommets. Mais qu’est-ce que le bitcoin ? Et en quoi consiste la fameuse technologie sur laquelle il repose, la technologie blockchain ? Dans cet article, nous verrons ce qui différencie la monnaie et le bitcoin. Nous verrons également si le bitcoin a vocation à remplacer l’or et à devenir la nouvelle valeur refuge permettant de se soustraire au contrôle des États. L’avenir du bitcoin va-il nous mener tout droit à un bras de fer avec les gouvernements, voire à les renverser ? Ou la révolution va-t-elle se jouer sur un autre terrain ? Découvrez tout dans cet article.

Tesla investit dans le bitcoin

Entre le 8 et le 9 février 2021, Tesla annonce avoir acheté pour 1,5 milliards de bitcoins afin de diversifier son cash. C’est ce qui ressort du document remis par cette entreprise à la SEC, le gendarme de la bourse aux États-Unis. Sans surprise, une telle annonce à fait s’envoler le bitcoin qui est passé de 25 000 dollars à 37 000 dollars en seulement quelques heures. Cette hausse est d’autant plus fulgurante qu’Elon Musk avait déjà fait une promotion du bitcoin qui n’était pas passée inaperçue. Sur Twitter, il avait remplacé sa présentation pour afficher uniquement le mot Bitcoin. Quant à l’action Tesla, elle n’en finit pas de monter. Elle est aujourd’hui à 860 $ et représente une capitalisation boursière de 818 milliards de dollars.

Blockchain : définition

Comment fonctionne une blockchain

La blockchain est une technologie qui rend très difficile la fraude sur le livre des comptes de la cryptomonnaie qui lui est associée. Pour prendre l’exemple du bitcoin, cette cryptomonnaie possède un livre des échanges consultable par tous grâce à la technologie blockchain. Dans ce document comptable, tout le monde peut voir ce que chacun possède et quel est le montant des transferts entre individus. Ce grand livre est crypté et décentralisé. Par conséquent, tous les utilisateurs de bitcoin y ont accès et peuvent l’authentifier. Ainsi, vous ne pouvez pas falsifier ce livre des comptes dans votre coin sans risquer d’être rejeté par le reste du réseau. La technologie blockchain rend donc le bitcoin, ou toute autre cryptomonnaie, en théorie infalsifiable.

Comment fonctionne le bitcoin

Le bitcoin est une sorte de système démocratique où le plus grand nombre décide de ce qui est vrai. En l’occurrence, si vous possédiez la moitié du réseau plus 1 nœud, vous pourriez pervertir tout le réseau bitcoin. Ceci est techniquement possible, mais irréalisable dans les faits tant ce serait difficile. Le bitcoin est donc une chaîne d’information quasiment incorruptible que les gens utilisent comme monnaie. C’est d’ailleurs le principe même d’une monnaie : une chaîne de confiance. Confiance et information ont de nombreux points communs. En effet, si vous avez confiance en quelque chose, c’est parce que vous détenez des informations crédibles. C’est précisément le point de départ de Bitcoin : la confiance dans le plus grand nombre. En revanche, le bitcoin s’oppose à la monnaie traditionnelle sur deux point clefs.

Différence entre la monnaie fiat et le bitcoin

L’état et la monnaie

La monnaie fiat est une monnaie émise par une banque centrale. L’État impose ensuite son cours légal et forcé sur le territoire dont il a la charge. La monnaie fiat a donc deux caractéristiques principales :

  • elle est centralisée
  • elle incarne le pouvoir étatique

Néanmoins, l’Histoire nous a appris que le pouvoir étatique pouvait changer de main. Par conséquent, si un nombre croissant d’individus est prêt à échanger de la monnaie fiat contre des bitcoins, cela signifie qu’ils préfèrent placer leur confiance dans un réseau informatique décentralisé plutôt que dans leur État souverain. En d’autres termes, les acheteurs voient dans l’avenir du bitcoin une possible révolution, c’est-à-dire un changement de régime politique.

Du point de vue des États, leur marge de manœuvre est extrêmement restreinte s’ils ont recours à une monnaie qu’ils ne contrôlent pas. Comme la majorité des États vivent aujourd’hui au-dessus de leurs moyens et que certains menacent même de faire faillite, ils ne peuvent se résoudre à adopter une monnaie libre et autogérée. S’ils perdent leur pouvoir monétaire, le changement de régime politique n’est pas loin. C’est la définition même du mot révolution : un changement de régime. Or, cela se passe rarement sans secousses, car le monopole de la violence légitime dont jouit l’État lui permet avant toutes choses de se protéger.

Le bitcoin : la prochaine valeur refuge ?

Quand on se pose la question de l’avenir du bitcoin, on peut envisager qu’il finisse par assumer la même fonction que l’or. C’est-à-dire qu’il devienne une réserve de valeur en cas de crise. Le cas échéant, les États pourraient lui mettre de sérieux bâtons dans les roues pour qu’il devienne, comme l’or, légal mais peu pratique à détenir et à utiliser. Alors il est légitime de se demander, quand les États-Unis ou l’Europe connaîtront des problèmes monétaires de taille, prendront-ils toujours autant à la légère toutes les possibilités de décentralisation qu’offre le bitcoin ?

Il convient de garder à l’esprit que la détention de bitcoin est rendue publique pour 99% de ses utilisateurs. Ces derniers achètent du bitcoin par carte bleue pour la plupart, ce qui diminue encore davantage leur anonymat. On peut donc esquisser l’hypothèse que le bitcoin conservera une valeur élevée tant qu’il ne fera pas office d’instrument de masse pour échapper au contrôle monétaire. Quand les États auront pris conscience que leur pouvoir monétaire — et par extension leur pouvoir régalien — est en train de leur échapper, il faudra s’attendre à un sévère rebattement des cartes sur l’avenir du bitcoin.

La Chine et le cryptoyuan

Le cas Jack Ma

Le cas de la Chine est très parlant à ce sujet. Il y a fort à parier que Pékin n’acceptera jamais que le pouvoir monétaire lui file entre les doigts. Jack Ma et son entreprise Ant en sont la parfaite illustration. Jack Ma a disparu pendant plusieurs mois, probablement enlevé par l’État chinois. Durant cette période, il est très probable que des représentants du gouvernement lui aient rappelé la bonne façon de penser. Ces stages intensifs de « remise à niveau » sont une pratique assez courante en Chine lorsqu’une personne influente dévie un peu trop de la ligne du parti. Mais quel a été le tord de Jack Ma ? Réponse : vouloir émettre du crédit avec son entreprise Ant Group.

Le yuan numérique

En Chine, on ne plaisante donc pas avec la monnaie. D’ailleurs, la Chine est le premier pays au monde à avoir créé sa propre monnaie numérique, tout a fait centralisée et traçable. Ce cryptoyuan a vocation à se substituer aux pièces et aux billets papier pour encourager la dématérialisation des moyens de paiement. En revanche, le yuan numérique ne fonctionne pas du tout comme le bitcoin, car sa valeur a pour but de rester stable. Aussi étonnant que ça puisse paraître, la justice chinoise a accepté la détention de bitcoin en tant qu’actif. On peut en conclure que la Chine ne voit pas le bitcoin comme une menace monétaire. Du moins pas pour l’instant.

L’avenir du bitcoin : un révolution déjà en marche ?

Aujourd’hui dans le monde occidental, nous sommes probablement en train de vivre la première grande crise économique depuis les années 30. Nous ne sommes pas encore touchés de plein fouet, car les États font des chèques aux chômeurs et des prêts aux entreprises. Les dégâts économiques sont déjà bien présents et la souffrance qu’ils génèrent est bien réelle, c’est certain. Néanmoins, toutes ces difficultés ne sont pas encore à l’échelle de la crise que nous vivons, car son ampleur est bien plus grande. Nous assistons à des bulles et à des excès en tous genres avec le bitcoin, GameStop, Tesla et la tech en général. Cela nous donne la sensation d’être tout puissants, intouchables par les évènements. Le bitcoin pourrait bien répondre à cette envie croissante d’invulnérabilité.

L’équipe de Grand Angle n’est absolument pas contre le bitcoin, bien au contraire. Nous pensons que l’avenir du bitcoin entend répondre à des idéaux de liberté et de révolution chez ses détenteurs. Mais rappelons-nous qu’une révolution est quelque chose de douloureux et de chaotique. Une révolution ne correspond en aucun point à une hausse constante dans la joie et l’allégresse. Dans le cas d’une révolution, chacun se bat pour sa survie et il y a beaucoup de victimes, de gens en prison, de morts. Par conséquent, lorsque l’on met en avant le fait que Bitcoin est une révolution, dans ce cas, le match ne fait que commencer et la lutte sera rude. Enfin, on peut également craindre un phénomène de mode avec le bitcoin dont la valeur pourrait redescendre aussi vite qu’elle a atteint dernièrement des sommets.

Le token : une cryptomonnaie prometteuse

Bitcoin ne permet pas ce que l’on appelle la tokenisation, contrairement à une autre cryptomonnaie, l’ether. Seule la blockchain Ethereum à laquelle est associé l’ether le permet. Actuellement, ceux qui croient en l’avenir du bitcoin ne cernent pas forcément tout ce qui est en train de se jouer dans les technologies de la finance décentralisée. Ce que l’on appelle la tokenisation est une révolution qui semble bien plus importante que le bitcoin, qui n’est qu’une cryptomonnaie parmi tant d’autres. Les tokens consistent à transformer tout titre de propriété en jetons échangeables, ce qui, à terme, pourrait faire disparaître un nombre non négligeable d’intermédiaires. Courtiers, notaires et règlementations administratives en tous genres pourraient bien se voir damer le pion par la tokenisation.

Les tokens pourraient rendre nos échanges programmables, automatisés et décentralisées dans des contrats numériques virtuellement inviolables. Aujourd’hui nous ne parlons pas (encore) des technologies et opportunités de décentralisation de la finance. Mais nous y viendrons car c’est un moyen de réduire fortement, voire d’annuler, les avantages que les grands investisseurs comme les hedge funds ou les banques d’investissement ont sur les particuliers. Si ce sujet vous intéresse, faites des recherches sur la future décentralisation de la finance et de l’économie via les smart contracts, la blockchain et la tokenisation. Car c’est bien là que pourrait avoir lieu la prochaine révolution.

Pour savoir si le bitcoin sera vraiment l’or numérique de demain et pourquoi une telle confiance lui est accordée, cliquez sur cette vidéo !