Les crypto-monnaies centrales et leurs promesses

10 janvier 2021

Les grandes banques centrales américaine, européenne ou chinoise désirent toutes créer leur monnaie numérique. Cela est compréhensible dans la mesure où les crypto-monnaies comme le Bitcoin ou l’Ethereum semblent prometteuses. Certains observateurs estiment même qu’elles représentent l’avenir ! D’autres craignent au contraire que les crypto-monnaies et la technologie blockchain soient des outils efficaces pour l’émergence d’un gouvernement mondial. Découvrez tout de suite les éléments qui vous permettront de mieux cerner les lignes politique et économique de nos dirigeants. Apprenez également comment protéger votre patrimoine face à la dérive monétaire à venir.

UNE (DÉS)UNION MONÉTAIRE HISTORIQUE

L’Union latine

En Europe, plusieurs essais de convention monétaire ont vu le jour. Souvenons-nous par exemple de l’Union latine (1865-1927). 

L'Union latine,
Carte de l’Union latine (1865-1927)

Plusieurs pays européens s’étaient associés dans le but de créer une monnaie commune prenant appui sur l’or et l’argent. D’ailleurs, on remarque la ressemblance entre de nombreuses pièces d’or de ces différentes nations émises à l’époque.

La crypto monnaie du XXe siècle ?
Pièces en or de l’Union latine
Convention monétaire de l’Union latine

Mais le résultat final fut un échec. Le système a rapidement périclité car la valeur de la monnaie, déterminée par l’État, entrait en concurrence avec celle de l’or.

l’Effondrement monétaire

Dès lors, le métal est progressivement sorti du marché à mesure que la valeur faciale de la pièce de monnaie baissait contre sa valeur. Lorsqu’il est devenu plus rentable de fondre une pièce de 20 francs pour obtenir 30 francs en or, celle-ci sortait du système monétaire. Les États ont dû diminuer la part d’or pour l’émission de leurs pièces, car ils n’avaient plus les moyens de s’en procurer, d’où l’effondrement de 1927.

L’ÉCHEC DU PROJET

Cet épisode nous montre la possibilité qu’ont les États de manipuler la valeur de la monnaie en fonction des besoins du pays. Il est ainsi plus aisé pour eux d’imprimer des billets numérotés que les citoyens ne peuvent qu’accepter. Le pouvoir de la monnaie vient de là : financer des dépenses sans avoir à demander la permission aux peuples. Au cours de l’Histoire, chaque tentative d’un pays d’ancrer la valeur de sa monnaie s’est soldée par un échec.

Monnaies ET Empires

analyse DES PHASES DE Croissance et déclin

Le contrôle de la monnaie est profitable lorsque les empires sont en plein essor, car cela leur permet de débloquer les échanges et le commerce. Malheureusement, lors de leur phase de déclin, ils refusent de traiter les causes du problème et préfèrent imprimer ce qu’il manque, créant ainsi une illusion monétaire.

Ray Dalio a parfaitement analysé ce phénomène dans ses travaux. Le graphique ci-dessous illustre l’évolution des facteurs déterminants pour la croissance d’un empire. Ses domaines essentiels de développement sont : l’éducation, l’innovation, la production et la puissance militaire. Lorsque ceux-ci déclinent, la monnaie les seconde, afin de maintenir une apparence respectable. En outre, lorsque la monnaie d’un pays est la référence mondiale (exemple : le dollar), cette valeur de réserve est le dernier rempart à l’effondrement. Ainsi, lorsque tous les aspects de la réussite de l’empire ont chuté, l’écroulement monétaire survient.

Les crypto monnaies pour faire face à l'écroulement monétaire ?
L’ascension et le déclin des empires et facteurs

l’euro : UNE CONSTRUCTION BANCALE

Intéressons-nous de plus près à l’euro et voyons ce que l’expérience de cette monnaie unique nous enseigne. Tout d’abord, comme le dollar, elle n’est pas basée sur l’or. Donc les valeurs de ces devises diminuent structurellement à mesure que nos dirigeants ont recours à l’assouplissement monétaire.

Les crypto monnaies face à la dépendance monétaire des grandes puissances ?
Parité de pouvoir d’achat (Dollar US de 1913 à 2013)

L’équilibre de l’euro est encore plus fragile que celui du dollar. En effet, la monnaie fonctionne en considérant l’Union européenne comme un seul pays. Or, nous savons qu’il n’y a pas de mécanismes de solidarité budgétaire des états membres les plus riches vers les états de l’UE les plus défavorisés. De plus, contrairement aux États-Unis, l’unité linguistique et culturelle de l’Europe n’existe pas et freine les migrations entre pays.

En définitive, soit l’euro cédera, soit il plongera les pays fragiles comme l’Italie ou l’Espagne dans la pauvreté, au bénéfice de l’Allemagne ou du Danemark par exemple. Dans tous les cas, la disparition du contrôle monétaire causée par l’euro provoquera la perte de pouvoir des États du Sud. Cela s’explique par les écarts de productivité entre ces nations, qui ne sont pas amortis par un taux de change pouvant protéger l’économie locale.

LA Dépendance des États-Unis AU COMMERCE EXTÉRIEUR

Le problème pour les États-Unis est leur dépendance aux importations étrangères, notamment asiatiques. En ayant une balance commerciale déficitaire vis-à-vis de l’Asie, les États-Unis sont obligés de recourir à l’impression monétaire et fragilisent par conséquent le dollar. Cette monnaie de réserve mondiale risque d’être durement touchée lorsque le yuan deviendra une devise internationale. En effet, le tissu industriel chinois est plus performant que celui des États-Unis et repose sur une demande de près de 2 milliards d’habitants.

qu’est-ce qu’une CRYPTO-MONNAIE ?

quand la monnaie numérique révèle les faiblesses de l’État

Une crypto-monnaie née d’une initiative privée permet d’évaluer la force d’une monnaie nationale. Or, les États-Unis et les pays de l’Union européenne se doivent d’écarter une nouvelle valeur qui soulignerait leurs faiblesses. L’encadrement, l’utilisation marginale et l’interdiction de la généralisation des crypto-monnaies s’expliquent uniquement pour cette raison. En effet, l’État central ne souhaite ni l’avènement d’un monde libre, ni le renforcement de la démocratie directe. Les crypto-monnaies ne peuvent se généraliser que dans les pays où l’État n’a déjà plus suffisamment de pouvoir pour faire appliquer ses lois.

Banques centrales et crypto-monnaies

Ainsi, les grandes banques centrales tentent de mettre en place leur propre crypto-monnaie, dénommée formellement « monnaie numérique ».

Selon moi, l’objectif principal des banques centrales est de profiter des avantages technologiques d’une monnaie décentralisée qu’elle peut contrôler. Comme la Chine, la FED et la BCE souhaitent renforcer leur pouvoir de surveillance.

Grâce à cette monnaie numérique, la banque centrale pourra instantanément appliquer des taux d’intérêt négatifs à tous les comptes en banque. Les échanges commerciaux seront plus facilement suivis par les États, ce qui permettra d’accroître leur pouvoir de contrôle et de sanction.

crypto-monnaies : point fort et risque

Une monnaie numérique étatique fera durer l’illusion monétaire plus longtemps lors d’une période de déclin, mais sera un catalyseur de croissance en période d’essor.

Conclusion

Finalement, pourquoi l’or constitue-t-il toujours le seul contre-pouvoir monétaire ? La raison vient de l’incompréhension de la majorité de la population à l’égard des crypto-monnaies. L’or reste plus tangible car il représente la monnaie mondiale et historique, donc intouchable pour la plupart.

Gold is money, (l’or est la monnaie)

Everything else is credit (tout le reste est du crédit)

Citation de J.P. Morgan, 1912

Solutions

Dans la lettre d’investissement que je corédige avec Guillaume ROUVIER et Charles GAVE, vous trouverez des moyens légaux pour disposer d’un compte en Suisse, afin que votre épargne se diversifie en dehors de la juridiction du système bancaire européen. Grâce à la diversification en titres de propriété et en devises, vous pourrez contourner les projets officiels d’épargne.

La Lettre d’Investissement : la stratégie Grand Angle

Si vous ne souhaitez pas voir votre capital fluctuer fortement sur un temps court ou si vous ne voulez pas immobiliser votre argent sur de trop longues périodes, Grand Angle vous propose la gestion de portefeuille. Cela nécessitera une durée d’investissement de 7 ans minimum. Ce n’est qu’au-delà de ce laps de temps que l’on peut espérer capter la hausse structurelle des marchés. La gestion de portefeuille permet de réduire la volatilité en ayant recours à quatre classes d’actifs : les biens tangibles, les devises, les obligations et les actions. Pour en savoir plus, consultez la lettre du mois de novembre, co-rédigée par Richard Détente et Guillaume Rouvier, avec la participation de Charles Gave.  

Pour des informations complémentaires sur le Bitcoin, écoutez l’avis de Charles Gave :